Château-Gaillard (Les Andelys, Normandie)

Aller en bas

Château-Gaillard (Les Andelys, Normandie)

Message par a-little-bit-dramatic le Ven 14 Jan - 14:16

Château-Gaillard (Les Andelys, Normandie)



Vue panoramique du site

Château-Gaillard est une forteresse médiévale, aujourd'hui en ruines, qui se situe dans le Vexin normand, à une centaine de kilomètres de Paris, dans la commune des Andelys. Ce château, qui domine la vallée de la Seine depuis le haut d'une falaise de calcaire, constitue un morceau d'histoire de France, mêlant Richard Cœur de Lion et les Rois maudits.
La forteresse a plus de 800 ans et devrait son nom à Richard Cœur de Lion, qui, la voyant achevée, aurait lancé « Que voilà un château gaillard ! ». Elle fait l'objet d'un classement au titre des Monuments historiques depuis la liste e 1862.
*Construction de Château-Gaillard
La construction de la forteresse s'inscrit dans la lutte que se livrent, depuis de nombreuses années, les rois de France et les rois d'Angleterre, qui étaient alors maîtres de la Normandie. En 1189, Richard Cœur de Lion, fils d'Aliénor d'Aquitaine et d'Henri II Plantagenêt, roi d'Angleterre, hérite des couronnes de son père et devient duc de Normandie. Le roi de France, Philippe Auguste, jusque là allié de Richard d'Angleterre, s'éloigne de lui, même s'ils partent ensemble, durant l'hiver 1190-1191 pour la Terre Sainte. Mais, après quelques mois, Philippe Auguste retourne en France et, profitant de l'absence de Richard, il entame la conquête de la Normandie. Dès son retour, le roi d'Angleterre décide de récupérer la suprématie sur la frontière orientale de son duché de Normandie et, après avoir battu l'armée de Philippe Auguste à Fréteval en 1194, il conclut un traité de paix avec son rival, en 1196. Le roi d'Angleterre consent notamment à la perte de plusieurs places fortes parmi lesquelles Gaillon et Vernon. La frontière orientale du duché et, de ce fait, fragilisée et Richard Cœur de Lion doit construire une nouvelle forteresse pour barrer la route de la Seine à la prochaine offensive des Français. Il choisit le site des Andelys, qui lui paraît idéal.
Mais ce choix pose un double problème : d'une part, le lieu appartient à l'archevêque de Rouen et, d'autre part, le roi d'Angleterre n'a pas le droit de fortifier l'endroit, selon les termes du traité de paix de 1196. Néanmoins, il n'a pas le choix, s'il veut défendre la vallée de la Seine. Il passe donc au dessus des oppositions, ce qui lui valut d'ailleurs les foudres de l'archevêque Gautier de Coutances. Finalement, un compromis est conclu en Octobre 1197 : Richard offrit au prélat plusieurs terres ducales contre la possession des Andelys : l'échange était particulièrement favorable à l'Église.
Richard Cœur de Lion décide d'installer son château sur un éperon rocheux dominant la Seine d'environ 90 mètres. Le site n'est néanmoins pas le plus haut de la région puisqu'au sud-est s'étend un plateau qui domine la falaise calcaire de Château Gaillard de 50 mètres.
Le système défensif de l'époque, invisible aujourd'hui, bloquait complètement le fleuve et n'a rien à voir avec la seule forteresse qui perdure encore de nos jours. Au pied du château, le bourg fortifié de la Couture (embryon du Petit Andely), avait été créé de toutes pièces. De là, un pont enjambait la Seine et prenait appui sur une île fluviale qui accueillit un petit château polygonal, appelé tout simple le château de l'île. Quelques centaines de mètres en amont du fleuve, une triple rangée de pieux empêchait la descente des navires (l'estacade) et deux mottes castrales servaient d'avant-postes : la tour de Cléry sur le plateau et celle de Boutavent, dans la vallée. Au centre s'élevait le château, poste d'observation magistral. Tout cet ensemble avait pour vocation de verrouiller la boucle de la Seine en amont de Rouen en cas de danger.
*Le Château Gaillard au XIVème siècle : la prison de Blanche et Marguerite de Bourgogne
En 1314, deux trois belles-filles du roi Philippe le Bel, Marguerite et Blanche de Bourgogne, respectivement épouses de Louis le Hutin et de Charles (futurs Louis X et Charles IV) sont emprisonnées à Château-Gaillard à la suite du scandale de la Tour de Nesle et du procès, qui a abouti à leur condamnation pour adultère. Marguerite de Bourgogne y mourut, certainement de froid, en Avril 1315 tandis que Blanche fut autorisée à se retirer à Maubuisson.
*La Guerre de Cent Ans et la ruine à l'époque moderne
Durant ce conflit franco-anglais, Château-Gaillard subit plusieurs sièges. Le 9 Décembre 1419, il tombe aux mains des Anglais, au bout de seize mois de siège. C'est la dernière place forte normande qui résistait encore au roi Henri V d'Angleterre. Dix ans plus tard, en 1419, La Hire, compagnon de Jeanne d'Arc, s'en empare et, en 1430, la forteresse repasse sous contrôle anglais. En 1449, le roi de France Charles VII reprend possession de Château-Gaillard.
Au XVIème siècle, pendant les Guerres de Religion, les Ligueurs s'enferment dans le château, alors sous le commandement de Nicolas II de la Barre de Nanteuil. Henri IV s'en empare en 1591, après presque deux années de siège. En 1595, les États de Normandie demandent au roi la démolition de l'édifice afin d'éviter qu'une nouvelle bande de soldats ne s'y retranchent pour ensuite piller la région. Henri IV accepte et Château-Gaillard est démantelé. En 1603, les Capucins des Andelys sont autorisés à récupérer les pierres de la forteresse pour réparer leur couvent. Sept ans plus tard, la même autorisation est donné aux Pénitents de la ville. Les deux communautés religieuses s'attaquent en priorité aux courtines de la basse-cour et de l'ouvrage avancé. La destruction est interrompue n 1611 mais reprend ensuite, sous l'égide de Richelieu. Le cardinal ordonne l'écrasement du donjon et de l'enceinte de la haute-cour.


Donjon et enceinte primaire

En 1852, Château-Gaillard est classé parmi les Monuments Historiques. Il entre donc, de ce fait, dans les guides historiques vantant les ruines romantiques de la Normandie, au même titre que l'abbaye de Jumièges et les châteaux de Lillebonne, de Gisors ou de Tancarville. En 1885-1886, l'architecte Malencon, puis, vers 1900, l'archéologue Léon Coutil sont chargés de dessiner un relevé des vestiges et plusieurs fouilles et sondages ont permis de mieux connaître la forteresse. Néanmoins, si son plan est désormais bien connu, il reste des incertitudes sur son histoire et sur l'origine de certains perfectionnements architecturaux.


La forteresse, vue depuis la Seine
avatar
a-little-bit-dramatic
Juliette Capulet

Messages : 743
Réputation : 13
Date d'inscription : 12/11/2010
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://a-little-bit-dramatic.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Château-Gaillard (Les Andelys, Normandie)

Message par searchxme le Jeu 1 Déc - 6:44

J'aimerais beaucoup voir un château de ce type. On doit faire un bond dans le passé!
avatar
searchxme
Jane Eyre

Messages : 27
Réputation : 0
Date d'inscription : 07/09/2011
Age : 24
Localisation : 76 Rouen

Voir le profil de l'utilisateur http://bibliophile.skyblog.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum