Philippe le Bel, le roi de fer

Aller en bas

Philippe le Bel, le roi de fer

Message par a-little-bit-dramatic le Mer 26 Jan - 13:20

Philippe IV le Bel (1268 - 1314)


Onzième roi de la dynastie des Capétiens directs, Philippe IV le Bel, fils de Philippe III le Hardi et petit-fils de saint Louis, est roi de France de 1285 à 1314.
*Biographie
Philippe, fils du roi de France Philippe III et de sa première épouse Isabelle d'Aragon voit le jour à Fontainebleau en 1268. Son père décide de confier son éducation à Guillaume d'Ercuis, l'aumônier royal. A la différence de son père, le jeune Philippe reçoit une bonne éducation. Il comprend le latin et aime étudier.
Très vite, il sera surnommé, par ses ennemis comme par ses admirateurs, le « roi de marbre » ou « roi de fer ». En effet, il se démarque par sa personnalité rigide et austère et souleva, au cours de son règne, de nombreuses polémiques.
Le 14 Août 1284, alors qu'il est âgé de seize ans, le jeune homme épouse Jeanne Ière de Navarre (reine de Navarre de 1274 à sa mort en 1305), ce qui lui confère le titre de roi de Navarre. Il le sera de 1284 à 1305.
Ils auront sept enfants : Louis, futur Louis X le Hutin (1289 - 1316) ; Marguerite (1290 - 1294) ; Philippe, futur Philippe V le Long (1291 - 1322) ; Isabelle, reine d'Angleterre (1292- 1358) ; Blanche (1293 - peu après 1294) ; Charles, futur Charles IV le Bel (1294 - 1328) et Robert (1296 - 1308).
*Le roi de France
Philippe devient roi un an plus tard, en 1285, à l'âge de dix-sept ans et est couronné le 6 janvier 1286 à la cathédrale de Reims.
Sous son règne, les traditions féodales sont abandonnées, pour mettre en place une administration plus moderne, mais cette centralisation mécontente les grands seigneurs et les nouveaux impôts mis en place font se révolter les bourgeois contre le pouvoir royal. Grâce à l'aide de juristes tels que Guillaume de Nogaret, son fidèle collaborateur, Philippe le Bel transforme son Etat, encore féodal, en une monarchie moderne où la volonté du roi s'impose à tous et un impôt national est prélevé sur le royaume de France en son ensemble.
Sur un plan monétaire, on peut dire que son règne est particulièrement agité. Le roi et ses conseillers multiplient en effet l'émission de nouvelles monnaies et, aux dévaluations succèdent les réévaluations, qui donnent très vite à la politique royale une certaine incohérence. Ces nombreuses mutations monétaires vont finalement aboutir à un mécontentement général dans le royaume et, entre 1306 et 1314, le roi doit faire face à des émeutes populaires mais aussi à des ligues nobiliaires qui exigent, entre autres, le retour à la bonne monnaie.
Le règne de Philippe le Bel est une période de changements majeurs, notamment au niveau monétaire, bien que les conceptions royales soulèvent assez souvent la désapprobation du peuple. Pour assainir les finances du royaume et racheter le Quercy aux Anglais contre une rentre de 3 000 livres, Philippe le Bel n'hésite pas à s'attaquer à ceux qui possède l'argent : l'Eglise, les Lombards, les Juifs et enfin...les Templiers. Il tente de pallier les difficultés financières du royaume en tentant d'établir des impôts réguliers, en taxant assez lourdement les Juifs et les Lombards et, parfois, en confisquant leurs biens et en pratiquant des dévaluations monétaires qui provoquent la colère de la population. C'est une réelle crise économique (très dure) que subit la France sous son règne et cela provoqua de vastes mouvements de révoltes de la part du peuple mais aussi des nobles et de l'aristocratie. Pour contrer ces graves difficultés économiques, il recourut à des altérations de la valeur du cours de la monnaie, mais ces mesures frappèrent lourdement le petit peuple.
Pour obtenir le passage de l'armée française afin d'évacuer la Guyenne, Philippe donne sa sœur Marguerite de France au roi Edouard Ier d'Angleterre, alors veuf d'Eléonore de Castille. Egalement, il promet sa fille Isabelle (la future "Louve de France) à Edouard, le jeune héritier d'Edouard Ier, né de son union avec Eléonore de Castille.
Philippe le Bel s'entoure de légistes et de conseillers compétents qui jouent un rôle vraiment décisif dans sa politique. Les légistes sont apparus sous Philippe le Bel et initiés au droit romain afin de faire évoluer une monarchie féodale où les pouvoirs du roi sont limités à une véritable monarchie absolue. Il s'entoure également de ses héritiers et de sa famille.
Philippe le Bel est aussi connu pour ses démêlés avec le Pape. On peut penser au célèbre « Attentat d’Agnani », qui a lieu en 1303 (Colonna, acolyte de Nogaret, aurait giflé le Pape Boniface VIII). Cet énorme scandale éclabousse directement le roi de France, bien qu'il ne soit pas directement responsable de l'attentat. Après le très court épiscopat de Benoît XI, Clément V, d'origine française et placé à Avignon par Philippe le Bel, lui sera d'une aide précieuse pour anéantir l'Ordre du Temple, en 1307.
*Philippe le Bel et les Templiers
Le 13 Octobre 1307, les Templiers sont arrêtés, emprisonnés puis torturés pour leur faire avouer leur hérésie. Après être revenu sur ses déclarations, le Grand Maître Jacques de Molay est brûlé sur l'île aux Juifs en 1314. Il aurait alors lancé, depuis son bûcher, la célèbre malédiction que reprend Maurice Druon dans Les Rois Maudits :
« Pape Clément, chevalier Guillaume de Nogaret, roi Philippe, avant un an, je vous cite à comparaître au tribunal de Dieu. Maudits, vous serez tous maudits, jusqu'à la treizième génération de vos races. »
Selon Geoffroi de Paris, témoin oculaire de l'évènement, les termes de la malédiction auraient été :
« Je vois ici mon jugement où mourir me convient librement ; Dieu sait qui a tort, qui a péché. Il va bientôt arriver malheur à ceux qui nous ont condamnés à tort : Dieu vengera notre mort. »
En effet, après cela, une série de malheurs va toucher la famille capétienne et la conduire à sa perte puisque, en 1328, ce sont les Valois (descendants de Charles de Valois, frère de Philippe IV) qui montent sur le trône, Charles IV, dernier fils de Philippe le Bel étant mort sans héritier mâle.
*La mort du « roi de fer »
En Novembre 1314, Philippe le Bel rend visite à son oncle, le comte Robert de Clermont et fait une chute de cheval lors d'une partie de chasse en forêt de Pont-Sainte-Maxence. Suite à cette chute, le roi est victime d'un sérieux malaise cérébral. Transporté par bateau de Poissy à Fontainebleau, il meurt quelques semaines plus tard, le 29 Novembre 1314, à l'âge de quarante-six ans et c'est son fils Louis, qui devient roi, sous le nom de Louis X.
Le cœur de Philippe le Bel fut déposé à l'Eglise du Prieuré de Poissy, dans une urne qui fut retrouvée lors de travaux effectués en 1687. Son corps, comme celui des autres rois de France, sera déposé à Saint-Denis et son tombeau sera pillé par les révolutionnaires, en 1793.



Philippe le Bel, vu par un artiste

avatar
a-little-bit-dramatic
Juliette Capulet

Messages : 743
Réputation : 13
Date d'inscription : 12/11/2010
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://a-little-bit-dramatic.skyrock.com

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum